mardi 11 mars 2008

"Des vies multiples"

Je me demande souvent ce que je serais devenue si j'avais fait d'autres choix à certains moments-clés de mon existence - ou plutôt, si je n'avais pas pris certaines décisions apparemment anodines sur le coup, mais qui se sont avérées avoir des répercussions sur toute la suite de ma vie.
Exemple: si je ne m'étais pas disputée avec ma première prof de danse classique et que je n'avais pas, sur un coup de tête, décidé de quitter son école pour m'inscrire à l'Opéra de T., je n'aurais pas rencontré Joëlle, qui ne m'aurait pas emmenée dans son club de jeux de rôles; je n'aurais donc pas eu les connaissances nécessaires pour devenir traductrice de fantasy, et qui sait ce que je serais en train de faire professionnellement aujourd'hui?
Parfois, je pense que sans cette petite phrase lancée en l'air à l'époque et sur laquelle j'ai embrayé par pur orgueil, je serais une personne complètement différente. Mais il est possible que je me trompe du tout au tout. Peut-être était-il inévitable que, à cause de ma personnalité et de mes goûts, je finisse un jour ou l'autre par "tomber" dans le JdR et par décider d'exploiter ma connaissance de l'anglais pour gagner ma vie autrement qu'à l'aide de mon foutu diplôme. Je ne le saurai jamais.
Toujours est-il que j'ai maintes fois réécrit mon histoire dans ma tête. Au début des années 90, j'ai dévoré "Replay" de Ken Grimwood, dont le héros a l'opportunité de recommencer sa vie maintes fois en utilisant ses souvenirs pour changer le cours des choses. Par curiosité, j'ai regardé le chick flick "Sliding doors" qui montre comment un métro attrapé ou raté fait basculer l'existence de Gwyneth Paltrow dans deux directions totalement opposées. J'ai même envisagé d'écrire une auto-fiction sur le concept "imaginons qu'à tel carrefour de ma vie j'aie pris telle autre route". Flemmasse que je suis, je n'ai jamais donné suite.
Alors quand j'ai vu que tel était précisément le concept du livre de Penelope Lively "Des vies multiples", je me suis jetée dessus, bien qu'il vienne juste de paraître en grand format et que je me sois fixé pour règle d'attendre la sortie en poche des bouquins qui m'intéressent - pour des raisons à la fois budgétaires et de place dans ma bibliothèque déjà pleine à craquer. Je pensais que j'allais adorer... Et je me trompais.
Je n'aime pas la façon dont l'auteur retrace au début de chaque chapitre le cheminement mental qui l'a poussée à écrire celui-ci. Je n'aime pas non plus qu'elle présente certaines histoires alternatives sous le point de vue d'autres personnes qu'elle (son mari ou une fille imaginaire). Je n'aime pas qu'elle attribue systématiquement un prénom différent à ses alter ego: ça donne l'impression de lire des nouvelles sans aucun rapport entre elles. Les lieux et événements - le naufrage d'un pseudo Titanic, une bataille en Corée - qu'elle a choisi de mettre en scène me laissent de marbre. J'ai l'impression de contempler des pièces de puzzle différents dont aucun ne possède un thème qui m'intéresse. En plus je trouve ça mal traduit; je déteste quand on peut retrouver mot pour mot le texte original à travers le français.
Bref, un très joli plantage dans mes lectures du mois.

3 commentaires:

f. a dit…

C'est un thème que j'ai souvent ressassé et qui, je trouve, est intimement lié à nos ressorts les plus persos. Car si je crois pas au karma, je pense que très peu de nos choix appartiennent au pur hasard. Me donne envie d'écrire sur le sujet, tiens.

Egogramme a dit…

Ce n'est pas sur le thème des "multiples vies possibles" mais Tonino Benacquita a écrit un livre très intéressant sur deux hommes qui se mettent au défi de devenir quelqu'un de radicalement différent en trois ans. Le titre: Quelqu'un d'autre.

DF a dit…

"Des vies multiples" est une de mes toutes dernières lectures. J'ai trouvé que ça fonctionnait assez bien (je suis moins sévère que vous), je n'ai pas boudé le plaisir de lecture; mais pas sûr que ce soit un livre mémorable pour moi.
Bonne journée!